admin

Solidarité et nouveaux modèles en Grèce (1) Cuisine solidaire au Pirée

Nous commençons ici une série de billets à la suite du séjour de deux membres d’Interdemos en Grèce. Marie Cosnay y continuait (avec une amie) son suivi de la situation des migrants en Grèce, des centres de rétention toujours pas fermés aux centres d’accueil et de solidarité. Vous pouvez lire son journal sur Mediapart. Philippe Aigrain, qui rédige ce billet, venait spécifiquement pour le suivi de la campagne De peuple à peuple. Nous avons rencontré ensemble l’équipe de Solidarity pour tous qui va gérer les fonds collectés par De peuple à peuple et rendu visite à plusieurs des structures de solidarité et d’innovation sociale qui seront les bénéficiaires de ces fonds.

cuisine en commun

Nous rendrons compte de nos échanges avec Solidarité pour tous, mais commençons par le plus concret : les visites que nous avons faites dans des structures de solidarité de terrain et ici la cuisine solidaire du Pirée. Dionissis qui m’accueille parle français couramment après plusieurs années passées à Paris. Comme beaucoup de personnes à l’origine des structures de solidarité, il a en parallèle une implication associative et politique. Il ne faudra pas longtemps pour que nous entamions une conversation sur les perspectives française et grecque qui aurait pu durer des heures, mais nous avons à peu près réussi à nous concentrer sur l’objet de ma visite : comprendre comment Piraeus’ Solidarity (Solidarité au Pirée) fonctionne.

Collecte de fruits et légumes

La structure est active dans un quartier résidentiel qui n’apparaît pas immédiatement frappé par la crise et la pauvreté qui l’accompagne. Dionisis m’explique que c’est l’évolution dans le temps qui est révélatrice, la disparition des concessionnaires de voiture sur l’artère voisine, seuls les vendeurs de scooters ayant pu survivre. Il me décrit la néo-pauvreté, l’impact du chômage de longue durée en des termes qui s’appliqueraient aussi aux quartiers défavorisés français, mais ici nous sommes dans un quartier résidentiel au cœur d’une des principales zones d’activité économique grecque. Le manque de crédits pour l’entretien des trottoirs et des espaces urbains résiduels est visible mais en même temps des grands travaux d’infrastructure routière et pour le métro sont encore en cours.

La structure s’est créée en 2013, avec comme but principal la préparation et la distribution de repas. Elle a opéré pendant quelques mois de façon complètement informelle, stockant les denrées dans l’appartement d’un fondateur, cuisinant les plats dans d’autres et les distribuant dans des lieux improvisés. Puis, le propriétaire d’une ancienne galerie d’art inoccupée a accepté de mettre son local à disposition de la structure. Ce local a été aménagé par les membres, c’est un vrai lieu agréable de vie collective. Il se trouve à proximité d’une petit parc urbain où la distribution des repas a lieu, les bénéficiaires (une quarantaine pour ce déjeuner à 15h, heure habituelle en Grèce) se répartissant en petits groupes tout auteur de la place centrale pour les manger. Récemment, La structure a obtenu que la place soit rebaptisée place de la Solidarité et on attend que les plaques soient mises en place.

sur la place

Piraeus’ Solidarity compte aujourd’hui 200 membres bénévoles ou bénéficiaires. L’originalité par rapport à la plupart des structures de distribution de repas en France est l’implication des bénéficiaires dans l’ensemble de la chaîne depuis la collecte des produits jusqu’à la distribution en passant par la cuisine. Il y a une lutte explicite contre la malbouffe, une attention particulière aux légumes et aux fruits. L’épicerie est collectée dans un supermarché voisin avec lequel ils ont passé un accord et régulièrement un camion fait une tournée de collecte de produits frais (fruits, légumes et viandes). Tout le fonctionnement est géré de façon participative avec des réunions hebdomadaires pour la logistique courante et mensuelles pour les décisions importantes. L’implication des bénéficiaires dans ces réunions est diverse, mais il y en a toujours de présents. La structure collecte et distribue également des vêtements.

Toutes les photos ont été fournies par Pirée Solidarité, merci Dionissis.

Une réflexion au sujet de « Solidarité et nouveaux modèles en Grèce (1) Cuisine solidaire au Pirée »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *